ARTS  ACTUALITES  MAGAZINE   N° 142   juillet/août 2004

Retour accueil

PAJOT   Maître du Trait

par Thierry SZNYTKA


Pajot peint des gueules de personnages, de toute son âme, de toutes ses tripes, avec une vigueur qui laisse deviner l’intensité de sa participation émotive. Le trait, toujours le trait, rythme la scène, joue avec les formes, s’amuse avec les gestes, parodie les figures, pour écrire une œuvre qui n’a pas son pareil. Inspiré par le portrait charge des dessinateurs de presse du début du XXe siècle, il emprunte ses modèles à la vie politique locale du Périgord, se plaisant à caricaturer leurs caractéristiques morales et physiques. Jusqu’à ce qu’il soit remarqué par l’éducation nationale qui lui demande d’intervenir dans la formation des maîtres. De quoi accorder une revanche à Pajot l’autodidacte ! Et voilà qu’il se prend au jeu, mélange les lavis aux traits pour peindre des scènes carnavalesques qui n’ont de vénitiennes que ce que le public se plaît à croire. Imaginaire, imaginative, l’œuvre de Pajot pourfend les rigidités de la gent humaine, de l’acidité de son crayon. Soutenant une forme par ici, prétextant un détail par-là, il conçoit de véritables compositions théâtrales qui s’enivrent du grotesque de la vie. Mais avec un sens de l’éclairage et de la couleur qui apporte une vitalité extraordinaire à ses fresques vivantes. A tel point qu’elles paraissent parfois appartenir à la réalité tant la maestria du dessin est sans équivoque. Il faut dire que l’artiste, chaque jour de sa vie, fait ses gammes, croquant son entourage, inventant les postures, travaillant les costumes. Pajot est peintre, bien sûr ! Mais il revendique une identité de dessinateur que personne ne peut lui contester tant il plante son décor avec vérisme. En y ajoutant une dose de lyrisme, une once de folie, un parfum de fête, un brin de mystère, pour donner un air de comédie à ces ambiances. Sacré Pajot ; quel régal !

Voir aussi les textes de SZNYTKA et TESTUT pour le catalogue 2004
Agrandir les trois reproductions
.